HISTOIRE

BENAZIR BHUTTO

Le 21 juin 1953, est née à Karachi, Benazir Bhutto qui fut première ministre du Pakistan de 1988 à 1990, puis de 1993 à 1996.
Elle est issue d’une famille riche qui possède de vastes terres. Elle est la fille d’Ali Bhutto, fondateur du PPP (Parti du Peuple Pakistanais), plutôt socialiste et qui a été président de la République de 1971 à 1977.

Même si elle a été la première femme élue démocratiquement à la tête d’un pays à majorité musulmane, sa vie a été loin d’être un long fleuve tranquille qui se terminera de façon dramatique par un assassinat (attentat suicide) le 27 décembre 2007.

Dans sa jeunesse, elle a reçu une éducation dans des missions catholiques anglophones. A partir de 1969, elle suit des études à Harvard puis à Oxford. D’ailleurs, en décembre 1976, elle devient la première femme originaire d’Asie à être présidente de l’Oxford Union (sorte d’association des anciens d’Oxford).
Elle revient au Pakistan en 1977, avec l’ambition de faire une carrière diplomatique sous le gouvernement de son père, Ali Bhutto, 1er ministre à cette époque.
Mais le 5 juillet 1977, son père est en prison. Accusé d’un meurtre en 1974, puis de fraudes électorales, il est condamné à mort et pendu le 4 avril 1979.
Benazir, avec sa mère, devient la cheffe du PPP. Mais toutes deux sont emprisonnées, puis libérées en 1980.
En 1981, elles fondent le « mouvement pour la Reconstruction de la Démocratie ». Benazir se retrouve en prison à Sukkur (ville de la province du Sind, dans le sud du pays). Les conditions de détention y sont si dures qu’elle tombe malade.
En 1982, sa peine est soulagée, mais elle doit rester en résidence surveillée à Karachi (plus grande ville du pays, mais pas la capitale).

En janvier 1984, elle part à Londres se faire opérer du mastoïde (os temporal). De là, elle essaie de mobiliser l’opinion internationale contre le général Zia qui a fait un coup d’Etat.
Elle rentre au Pakistan en juillet 1985, pour les funérailles de son frère Shahnawaz, probablement empoisonné sur ordre de Zia. Mais elle est aussitôt arrêtée et emprisonnée.
Libérée, elle repart à l’étranger. Puis revient à Lahore le 11 avril 1986, bien accueillie par la foule qui la sollicite pour prendre la tête de l’opposition. A partir de là, Benazir Bhutto entame une tournée qui tourne court car elle à nouveau incarcérée et échappe de justesse à un assassinat.

Le 18 décembre 1987, elle épouse Asif Ali Zardani. Mais comme elle ne fournit pas de dot, elle conserve son nom de naissance. Le couple aura 3 enfants. A partir de là, Benazir entre en conflit avec ses frères encore vivants qui veulent pratiquer une opposition armée, alors qu’elle préconise un combat non violent.
Le 29 mai 1988, Zia dissout l’assemblée nationale. Les militaires forment une alliance démocratique et islamique anti Zia. Et le 21 septembre 1988, des attaques ont lieu à Karachi et à Hyderabad (dans le Sind) qui font 240 morts.
Néanmoins, aux élections du 16 novembre 1988, c’est la victoire du PPP.
Benazir et sa mère Nusrat sont parmi les élu(e)s. Benazir sera désignée 1ère ministre si elle soutient Ishaq Khan (haut fonctionnaire qui a été 1er ministre de Zia, disparu dans un mystérieux accident d’avion) pour la présidentielle.
Ishaq Khan est finalement élu président le 13 décembre 1988.
Ainsi, à 35 ans, Benazir Bhutto est la plus jeune personne désignée à ce poste dans un pays musulman.
Aussitôt, elle veut appliquer une politique de privatisation (contraire à celle de son père).
En juin 1989, elle milite pour la liberté de l’Internationale libérale (fédération mondiale de partis politiques libéraux). Mais après les troubles de Karachi du 6 août 1990, elle est démise, car accusée de corruption et d’abus de pouvoir. Arrêtée et emprisonnée avec son mari, elle est vite libérée et innocentée (son mari reste détenu).

Les élections législatives du 6 octobre 1993 donnent la victoire au PPP et à ses alliés, mais c’est une majorité fragile.
Néanmoins, Benazir Bhutto est désignée 1ère ministre le 19 octobre 1993.
A ce moment-là, elle soutient plus ou moins les mouvements islamistes du Cachemire, en lutte contre l’Inde, le grand rival. Dans le même temps, elle s’efforce de créer de bonnes relations avec l’Occident.
Ainsi, en novembre 1994, elle rend visite à Mitterrand, et quelques mois plus tard, elle reçoit Hillary Clinton.
Sur le plan économique, elle reprend sa politique de privatisations qu’elle avait déjà initiée.

Seulement voilà, son frère Murtaza est abattu par la police le 26 septembre 1996. Curieusement, des soupçons pèsent sur elle. Aux élections législatives de 1997, le PPP est battu et Benazir est contestée. Elle doit alors encore s’enfuir pour se retrouver à Londres et à Dubaï, car elle est accusée de corruption et de clanisme. De l’étranger, elle dirige le PPP. Finalement, elle sera amnistiée par Pervez Mousharaf, chef de l’exécutif de l’époque. Car une modification de la constitution intervenue en 1998, lui interdisait de revenir au Pakistan. Elle y revient en 2001. Son retour en grâce est dû à une ordonnance de réconciliation nationale du 27 juillet 2007. Elle peut donc préparer les élections de 2008, comme opposante à….Mousharaf.

Le 18 octobre 2007, elle revient à Karachi et se déclare comme la principale opposante au pouvoir. Le soir même, il y a un attentat, dont elle réchappe. Mais il fait près de 200 morts. Le miracle n’aura pas lieu le 27 décembre, lors d’un rassemblement du PPP à Rawalpindi. Là, un jeune homme de 15 ans tire trois coups de feu et déclenche sa ceinture d’explosifs. Bilan : 20 morts et Benazir Bhutto est grièvement blessée. Elle meurt à l’hôpital. L’annonce de sa mort provoque des émeutes dans tout le pays et on dénombre 44 morts. Trois jours de deuil sont décrétés. Une enquête de l’ONU du 25 avril 2010, estime que la sécurité était mal assurée. Le Pakistan accuse Al Qaïda.   

C’était l’itinéraire compliqué d’une femme dans un pays gangréné par la violence. Une femme pourra-t-elle revenir un jour au pouvoir au Pakistan ?

 

Dans le calendrier républicain, le 21 juin est le jour de l’oignon.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.